• E-Benny

Fuir n'était jamais facile

Un petit poème dédié aux migrants africains qui se chargent de la tâche décourageante en traversant la Méditerranée pour poursuivre une vie meilleure en Europe.


C’était super foncé et dangereux dans ce voyage.

J’ai pensé que j’ai vu des fantômes-

Énormes , étranges , et vites.

Ils ressemblaient aux personnes terrifiantes

C’était la police méchante!

“Laisse-moi tranquille!

Je veux enfin être libre!”



C’était un cauchemar, merci Dieu!

Mais la réalité était plus grave que cela.

Il y avait plein des personnes avec leurs rêves,

Leurs désirs,

Leurs passions,

Leurs esprits,

Et leurs vies dans ce petit bateau.



Alors, on s’en fichait du tout.

Ah oui, tu penses que je ne connais pas les dangers?

T’es trop tard. En ce moment, c’est tout le monde pour soi même



En fait, on avait vachement faim.

Et il pleuvait terriblement.

Je voulais manger les doigts jusqu’à ce que j’aie vu quelqu’un.

Une personne seule à l’arrière.

Il avait l’air très étrange et maboul.

Étrange comme le Mamba noir.

Il ne portait rien du tout.

Nu et vraiment nu dans ce froid.



Il n’avait pas des amis ici.

Il semblait que personne ne l’aimait pas.

Il m’a vu mais il n’a rien dit du tout.

Lentement et calmement.

Il a continué d’être silencieux.



Je continuais de le regarder.

Épuisé , faible et totalement cassé .

Mais prêt à travailler dehors son pays.

Dehors son continent.

Prêt à résister la discrimination,

Prêt à résister la violence,

Prêt à vivre une meilleure vie en Europe.



Je l’ai laissé tranquille à penser à moi.

Pour réfléchir pourquoi j’ai aussi quitté mon pays.

Pour réfléchir pourquoi j’suis aussi ici avec ces personnes.

Pour réfléchir pourquoi je suis aussi terriblement pauvre.

Pourquoi je suis désarmé comme le poisson en dehors de la mer.



Progressant lentement,

Les ondes de la mer continuaient de frapper le bateau.

Calmement,

Calmement,

Je me sentais somnolent.



Alors, une lumière suprêmement fort nous a brillé.

“Réveillez-vous

Réveillez-vous.

Ils nous ont attrapé”, dit le capitaine.

Finalement, la police française était là .

Pour enfoncer la loi.

Pour nous punir.

Pour arrêter ce voyage.

Pour détruire nos rêves.

Enfin, pour condamner nos esprits à l’enfer pour toujours.

18 views0 comments